Aller au contenu
Analytics & Insights devient BrightCape !

La modélisation relationnelle des données : guide complet

la modélisation relationnelle des données

Sujet d’article : La modélisation relationnelle des données 

Partagez cet article sur : 

LinkedIn
WhatsApp
Facebook

L’une des bases essentielles de la gestion de données contemporaine est la modélisation relationnelle des données. Conçue à partir des principes développés par Edgar F. Codd dans les années 1970, cette méthode a bouleversé la manière dont les données sont organisées et examinées.

Au lieu de prendre en compte les données comme un ensemble d’informations, la modélisation relationnelle des données les structure en ensembles interconnectés, ce qui leur offre une structure solide et souple pour leur manipulation.

Dans cet article nous vous dévoilons toutes les informations essentielles à savoir sur ce sujet. 

Alors ? prêts ? 

C’est parti !

Lisez donc jusqu’à la fin pour ne louper aucune information 😉 !

Les principes de base de la modélisation relationnelle de données

En effet, les principes de la modélisation relationnelle des données, tels que formulés par Edgar F. Codd dans les années 1970, constituent les fondements de la manière dont les données parviennent à se structurer, à se stocker et à se manipuler dans les systèmes de gestion de bases de données (SGBD) modernes.

Voici ce que vous devez savoir sur ces principes fondamentaux :

Tables (Relations) :

Dans la modélisation relationnelle, les données se présentent sous la forme de tables, également connues sous le nom de relations. Chaque table représente une entité ou un concept distinct, tel qu’un client, une commande ou un produit. Les tables sont donc composées de lignes et de colonnes, où chaque ligne correspond à un enregistrement individuel et chaque colonne représente un attribut de l’entité.

Clés primaires :

Une clé primaire désigne un attribut (ou un ensemble d’attributs) qui identifie de manière unique chaque enregistrement d’une table. Elle garantit l’unicité des données au sein de la table et sert de point d’accès rapide pour la récupération et la manipulation des enregistrements. Par exemple, dans une table de clients, le numéro d’identification du client (ID client) peut être défini comme clé primaire.

Clés étrangères :

Les clés étrangères établissent des liens entre les tables d’une base de données relationnelle. Elles servent à définir les relations entre les entités en liant la clé primaire d’une table à la clé étrangère correspondante d’une autre table. Ces relations peuvent donc permettre de représenter des associations entre entités, telles que les commandes associées à un client dans une base de données de commerce électronique.

Normalisation des données :

Enfin, la normalisation est un processus visant à organiser les données de manière efficace en réduisant la redondance et en garantissant l’intégrité des données. Elle consiste donc à structurer les tables de manière à minimiser les anomalies de stockage et à éviter les problèmes tels que la duplication des données.

En effet, la normalisation se fait généralement en décomposant les tableaux en formes normales, du niveau 1NF (première forme normale) au niveau 5NF (cinquième forme normale), selon des règles spécifiques.

Conception de bases de données relationnelles

tableau de bord RH

La conception d’une base de données relationnelle est une étape cruciale dans le processus de gestion des données.

Voici alors un aperçu des étapes clés de ce processus :

Analyse des besoins :

Tout d’abord, avant de commencer la conception, il convient de comprendre les besoins de l’organisation ou du projet pour lequel la base de données est conçue. Cela implique donc d’identifier les principales fonctionnalités attendues de la base de données, ainsi que les types de données et les relations entre les entités à stocker.

Identification des entités et des attributs :

Une fois les besoins clarifiés, la prochaine étape consiste à identifier les entités pertinentes pour le domaine d’application. Une entité fait référence à un objet du monde réel (comme un client, un produit ou une commande) qui doit se représenté dans la base de données. Pour chaque entité identifiée, déterminez ensuite les attributs, qui sont les propriétés ou les caractéristiques de l’entité (par exemple, nom, adresse, prix).

Établissement des relations :

Après avoir identifié les entités et leurs attributs, analysez les relations entre ces entités. Les relations décrivent la manière donc les entités sont reliées les unes aux autres.

Il existe trois types de relations principales : un-à-un, un-à-plusieurs et plusieurs-à-plusieurs. Identifiez les clés primaires et étrangères nécessaires pour modéliser ces relations.

Normalisation des données :

La normalisation représente un processus visant à organiser les données de manière à réduire la redondance et à éviter les anomalies de manipulation. Dans ce contexte, il existe plusieurs formes normales (1NF, 2NF, 3NF, etc.), chacune visant à atteindre un niveau spécifique de normalisation.

Appliquez donc les règles de normalisation appropriées pour garantir que le schéma de base de données est bien structuré et optimisé.

Création de schémas et de diagrammes :

À cette étape, traduisez la structure conceptuelle de la base de données en un schéma de base de données concret. Utilisez aussi un outil de modélisation de bases de données tel que le modèle entité-association (ER) ou le modèle relationnel pour représenter les entités, les attributs et les relations sous forme de tables, de colonnes et de contraintes.

Évaluation et itération :

Une fois le schéma initial créé, passez en revue et évaluez-le pour vous assurer qu’il répond aux besoins de l’organisation et aux exigences de performance. Si nécessaire, effectuez aussi des ajustements et des itérations pour affiner le schéma de base de données.

Relations entre les entités

la relation entre les entités des données

Dans la modélisation relationnelle des données, les relations entre les entités jouent un rôle crucial dans la définition de la structure d’une base de données.

Voici alors une exploration des différents types de relations possibles et des méthodes efficaces pour les modéliser :

Relation un-à-un (1:1) 

Dans une relation un-à-un, chaque enregistrement d’une table est associé à un seul enregistrement dans une autre table, et vice versa.

Par exemple, dans une base de données d’employés, chaque employé peut recevoir un seul numéro de sécurité sociale, et chaque numéro de sécurité sociale peut correspondre à un seul employé.

Ainsi, pour modéliser efficacement cette relation, vous pouvez choisir de placer les clés primaires des deux tables en tant que clés étrangères dans chaque table pour établir la liaison.

Relation un-à-plusieurs (1:N) 

Dans une relation “un à plusieurs”, un enregistrement d’une table correspond à plusieurs enregistrements d’une autre table, mais chaque enregistrement de la seconde table est lié à un seul enregistrement de la première table.

Par exemple, dans une base de données de clients et de commandes, un client peut passer plusieurs commandes, mais chaque commande est associée à un seul client.

Pour modéliser cette relation, vous pouvez alors placer la clé primaire de la table côté “un” en tant que clé étrangère dans la table côté “plusieurs”.

Relation plusieurs-à-plusieurs (N:M) 

Dans une relation plusieurs-à-plusieurs, chaque enregistrement d’une table peut être associé à plusieurs enregistrements dans une autre table, et vice versa.

Par exemple, dans une base de données de cours et d’étudiants, un cours peut avoir plusieurs étudiants inscrits, et chaque étudiant peut être inscrit à plusieurs cours.

En plus, pour modéliser efficacement cette relation, vous devez donc introduire une troisième table, appelée table de jonction ou table d’association, qui relie les deux tables principales via des clés étrangères. Cette table contient généralement les clés primaires des deux tables liées en tant que clés étrangères.

Optimisation des performances de requête

modélisation relationnelle des données

Dans la modélisation des données relationnelles, l’optimisation des performances des requêtes SQL  permet de garantir des temps de réponse rapides et une utilisation efficace des ressources du système.

Voici alors quelques meilleures pratiques à prendre en compte :

Indexation appropriée :

En effet, l’indexation joue un rôle crucial dans l’optimisation des performances des requêtes. Les index permettent d’accélérer la recherche et la récupération des données en créant des structures d’accès rapides. Il importe donc d’identifier les colonnes fréquemment utilisées dans les clauses WHERE, JOIN et ORDER BY, et de créer des index sur ces colonnes pour améliorer les performances des requêtes.

Normalisation des schémas :

La normalisation des schémas représente un processus visant à minimiser la redondance des données en les organisant de manière à éviter les anomalies de mise à jour et à garantir l’intégrité des données. Bien que la normalisation puisse améliorer la gestion des données, elle peut également entraîner une multiplication des jointures, ce qui peut affecter les performances des requêtes. Trouver le bon équilibre entre la normalisation et la dénormalisation est donc essentiel pour optimiser les performances des requêtes.

Rédaction de requêtes efficaces :

La manière dont les requêtes SQL sont écrites peut avoir un impact significatif sur leurs performances. Évitez les opérations coûteuses telles que les JOINS sur de grandes tables sans index, les fonctions de manipulation de chaînes dans les clauses WHERE et les opérations de tri complexes. Privilégiez donc l’utilisation de fonctions SQL efficaces, comme les agrégats, plutôt que de traiter les données dans l’application cliente.

Utilisation judicieuse des vues et des procédures stockées :

Les vues peuvent simplifier les requêtes en encapsulant la logique de l’entreprise, mais elles peuvent également entraîner des performances médiocres si on en abuse.

Veillez donc à limiter le nombre de colonnes sélectionnées dans les vues et à éviter les opérations coûteuses dans leur définition. De même, les procédures stockées peuvent contribuer à la pré-compilation et à l’optimisation des requêtes, réduisant ainsi la charge du serveur de base de données.

Surveillance et ajustement :

Enfin, surveillez régulièrement les performances du système de base de données à l’aide d’outils de surveillance et de profilage. Identifiez les requêtes lentes et examinez leur plan d’exécution pour détecter les goulots d’étranglement. En fonction de ces analyses, ajustez les index, réécrivez les requêtes ou modifiez la configuration du système pour optimiser les performances.

Intégrité et cohérence des données

la cohérence des données

Le maintien de l’intégrité et de la cohérence des données revêt une importance capitale dans la gestion des bases de données relationnelles.

En fait, ces deux aspects garantissent que les données stockées restent précises, fiables et utilisables pour les différentes opérations et analyses.

Voici alors quelques points clés à considérer :

1. Intégrité des données :

L’intégrité des données se réfère à l’exactitude et à la fiabilité des informations stockées dans la base de données. Sans intégrité des données, les décisions commerciales et les analyses basées sur ces données peuvent être compromises.

En plus, les contraintes de clés étrangères constituent l’un des mécanismes les plus courants utilisés pour garantir l’intégrité référentielle des données dans une base de données relationnelle. Ces contraintes assurent que chaque valeur dans une colonne (clé étrangère) d’une table fait référence à une valeur existante dans une colonne correspondante (clé primaire ou unique) d’une autre table.

2. Cohérence des données :

La cohérence des données se réfère à l’exactitude et à l’uniformité des données stockées dans la base de données, même lorsqu’elles sont soumises à des transactions concurrentes ou à des mises à jour. Les transactions ACID (Atomicité, Cohérence, Isolation, Durabilité) représentent un ensemble de propriétés qui garantissent la cohérence des données dans un système de gestion de base de données (SGBD).

Ces propriétés garantissent que chaque transaction se déroule de manière fiable et de façon à préserver l’intégrité des données, quel que soit le contexte concurrentiel ou les erreurs du système.

Par exemple, la propriété d’atomicité garantit qu’une transaction doit absolument être exécutée dans son intégralité ou pas du tout, ce qui permet d’éviter les états intermédiaires incohérents.

Finalement, la propriété de cohérence garantit alors que la base de données passe d’un état cohérent à un autre cohérent après l’exécution d’une transaction, préservant ainsi la validité des données à tout moment.

Suivez-nous sur : 

Vous aimez tout partager ? 

Partagez cet article avec quelqu’un qui en a besoin !

LinkedIn
WhatsApp
Twitter

Vous pourriez aussi aimer lire : 

Rapport de donnees 7

Automatisation des rapports sur Excel : Comment y procéder ?

Sujet d’article : Automatisation des rapports sur Excel  Partagez cet article sur :  Facebook WhatsApp LinkedIn L’automatisation de rapports sur… Lire la suite »Automatisation des rapports sur Excel : Comment y…
tableau de bord RH

Les éléments du tableau de bord RH : Guide

Sujet d’article : Tableau de bord RH  Partagez cet article sur :  LinkedIn WhatsApp Facebook Le tableau de bord RH… Lire la suite »Les éléments du tableau de bord RH :…
tableau de bord KPI

Comment élaborer un tableau de bord KPI ?

Sujet d’article : Tableau de bord KPI  Partagez cet article sur :  Facebook WhatsApp LinkedIn L’élaboration d’un tableau de bord… Lire la suite »Comment élaborer un tableau de bord KPI ?
Power BI pour le contrôle de gestion

Les compétences à développer en contrôle de gestion

Sujet d’article : Contrôle de gestion et les compétences à développer  Partagez cet article sur :  Facebook WhatsApp LinkedIn En… Lire la suite »Les compétences à développer en contrôle de gestion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *